Batterie Apple 661-5229 magasinbatterie.com

L’écran affiche votre progression en affichant des marqueurs tout autour de l’écran. Une fois que les tiges font un cercle complet, vous avez atteint votre objectif et l’icône de marche se transforme en une étoile. Certains pourraient se plaindre de l’absence de réaction positive pour atteindre votre objectif, mais une vibration est-elle quelque chose de gratifiant ?Le suivi des progrès est simple, mais regarder l’heure est plus compliqué. Par moment, j’ai même trouvé le processus un peu frustrant puisque vous n’avez pas la possibilité de positionner l’heure par défaut sur le module. Vous devez appuyer sur l’écran pour voir l’heure. Et, le cadran va automatiquement revenir à l’écran de suivi de l’activité après environ cinq secondes.Pour afficher l’heure, les choses se compliquentPour afficher l’heure, les choses se compliquent L’application dédiée au Withings Go permet aux utilisateurs d’ajuster la couleur du thème, entre la lumière et l’obscurité. Voilà de quoi l’adapter à votre goût.

Vous pouvez utiliser le dernier tracker d’activité de Withings indépendamment de l’OS de votre smartphone. Du moins, en quelque sorte. Windows 10 Mobile n’est actuellement pas pris en charge par le Go, et vous devez avoir un périphérique à partir d’iOS 8, ou à partir d’Android 4.3.Considérant qu’iOS 9.3 et Android 6.0 Marshmallow sont disponibles, et qu’iOS 10 et Android N sont sur le point de voir le jour, vous n’aurez probablement aucun mal à utiliser le Go avec votre smartphone.L’intégration des applications tierces est un gros problème pour ceux qui utilisent depuis longtemps une application de suivi d’activité. Heureusement, l’application autonome de Withings ne déçoit pas. Elle est compatible avec Apple Health, Google Fit, MyFitnessPal, RunKeeper et Nike+ Fuel.Pour mettre en route le Go, vous aurez besoin de l’application Withings Health Mate. C’est la même que celle qui gère ses autres produits, comme la Withings Activité et le Withings Pulse.

La configuration est simple, mais un peu lente par rapport à d’autres dispositifs qui fonctionnent par une connexion Bluetooth LE. Il est fort probable que Withings patche l’application et le Go pour qu’ils communiquent en moins de temps. Mais, elle prend actuellement beaucoup trop de temps pour faire de simples ajustements dans les paramètres.Si vous êtes quelqu’un qui aime garder un œil sur vos données, l’application Health Mate ne vous décevra pas. Visuellement, elle s’avère extrêmement attrayante, et elle est très facile d’utilisation. Depuis la page d’accueil et le tableau de bord de l’application, il est facile d’analyser toutes les données par le biais de résultats quotidiens et hebdomadaires. Et, si vous aimez lancer des défis à vos amis, Withings offre une telle possibilité.Là où les objets connectés déçoivent souvent, c’est sur l’autonomie. Mais, le Go ne va pas vous trahir sur ce secteur. Que ce soit l’efficacité de l’écran E Ink, ou juste la fonctionnalité limitée du Go en général, vous allez pouvoir utiliser le module pendant 8 longs mois.

Advertisement

Autrement dit, vous allez avoir une autonomie semblable à celle que l’on peut avoir sur une montre traditionnelle. Et la bonne nouvelle, c’est une pile bouton standard qui se retrouve sous la coque arrière.Le Withings Go est le rêve d’un minimaliste. L’écran E Ink, en tandem avec des boîtiers de couleur unie, va être extrêmement discret pour suivre vos activités de la vie quotidienne et votre sommeil.Il n’offre pas beaucoup de choses, mais il accomplit parfaitement ce pour quoi il est fait : suivre votre activité. Si vous cherchez à suivre votre nombre de pas, surveiller votre course, le sommeil et la natation, c’est l’un des moyens les plus abordables pour y parvenir.Le Go gagne de gros points en étant polyvalent comme une montre ou un clip. Sa conception robuste et étanche à l’eau signifie qu’il peut résister à toutes vos activités.Alors que le Withings Go repousse les limites pour un design sobre et simple et sa facilité d’utilisation, il y a quelques problèmes à noter.L’interface du Go est trop sommaire. La plupart des objets connectés tentent de maintenir à l’écart votre smartphone, en poussant des notifications à votre poignet. Mais, Withings a décidé de ne pas faire une telle chose. Alors que c’est parfois une bénédiction de ne pas les recevoir, c’est un manque pour ceux qui veulent un bracelet pour de telles fonctionnalités.

En parlant de l’écran du Go, cet appareil est la preuve que l’utilisation de la technologie E Ink est une intelligente, mais encore imparfaite. Elle a d’énormes avantages, comme l’autonomie ou la facilité de la lisibilité. Mais, la navigation entre les écrans montre souvent un léger effet de résidus » visuels. De plus, il manque un rétroéclairage, donc inutile de vouloir visualiser le Go la nuit.Le Withings Go est un très bon tracker d’activité pour ceux qui ont des besoins tout à fait simples. Cet objet connecté ne vise pas à déclencher une révolution dans la façon dont vous travaillez, et il n’embarque pas des caractéristiques qui vont jusqu’à pousser des notifications à votre poignet.P1050187Le Withings Go est un très bon tracker d’activité pour ceux qui ont des besoins tout à fait simples Mais, dans un marché où tous les autres appareils essaient de le faire, le Go est quelque chose d’intéressant, en offrant un suivi très fiable, le tout pour la modique somme de 69,95 euros. Vous pourrez l’acheter en bleu, rouge, noir, vert et jaune.

Lorsque vous utilisez une connexion HTTPS, les adresses que vous visitez sont censées être chiffrées, quel que soit le réseau auquel vous êtes connecté. Néanmoins, une vulnérabilité récemment découverte prouve que ce n’est pas nécessairement une vérité absolue.Si vous êtes connecté à un réseau sans fil non sécurisé, en particulier un qui n’a jamais été vérifié, le HTTPS seul ne vous protégera pas, ont déclaré les chercheurs en sécurité Itzik Kotler et Amit Klein lors d’un discours à la conférence de sécurité Black Hat à Las Vegas. Avec la bonne configuration, un réseau malveillant peut découvrir chaque URL soi-disant protégée que vous avez visitée. Nous allons démontrer que, en forçant votre navigateur/système d’utiliser le fichier de Configuration Automatique de Proxy ou fichier malveillant .PAC, il est possible de récupérer les données d’une URL en HTTPS », explique les deux chercheurs. La vulnérabilité affecte potentiellement les ordinateurs Windows, Linux et Mac indépendamment du navigateur : IE, Safari et Chrome. Mais pas de panique en ce qui concerne vos connexions à la maison ou au travail. Si vous vous connectez à un réseau sécurisé, vous n’êtes pas affecté. À contrario, c’est quelque chose que les propriétaires de soi-disant réseaux Wi-Fi libres pourraient mettre en place dans le cadre d’une opération de phishing.

Advertisement

Il est intéressant de noter que le contenu des sites que vous visitez n’est pas révélé par cette vulnérabilité. Mais, de nombreux sites mettent des informations vitales, telles que les noms d’utilisateur et les mots de passe, même dans les URL en HTTPS. C’est une mauvaise pratique de sécurité que prennent certains développeurs qui supposent que le HTTPS protège les informations dans de tels cas.Dans d’autres cas, même le partage des URL que vous visitez fournit trop d’informations aux potentiels hackers.La seule façon d’être vraiment à l’abri des exploits comme celui-ci est de ne pas se connecter à des réseaux que vous ne connaissez pas. Si vous êtes dans un café, vérifiez qu’il propose une connexion Wi-Fi et le nom du réseau avant de se connecter.Et même si un réseau non sécurisé est attesté, sachez que certaines informations peuvent être visibles de tous même si vous utilisez une connexion HTTPS. Les failles comme celle-ci prouvent que les réseaux Wi-Fi publics ne sont pas sans risque. Restez donc vigilant…

L’annonce de macOS Sierra a été remplie de nouvelles idées. Parmi celles-ci, on peut citer le nouveau nom de la plate-forme, passant à macOS », l’arrivée de Siri, l’assistant vocal d’Apple, sur le système d’exploitation de bureau avec des caractéristiques accrues, de nouveaux outils de glisser-déposer, et ainsi de suite.Autrement dit, vous allez retrouver un bon nombre de nouvelles fonctionnalités sur macOS Sierra auxquelles vous allez devoir vous y habituer. Mais ; l’un des nouveaux aspects les plus excitants est la façon dont macOS Sierra va interagir avec les iPhone et iPad.Apple a passé une grande partie du temps de la keynote à parler de Continuité » ( Continuity »), ou de l’importance que ses différents systèmes d’exploitation fonctionnent harmonieusement ensemble. En conséquence, macOS Sierra est livré avec de nombreuses façons de connecter votre expérience de bureau à votre iPhone, iPad ou Apple Watch.L’un des changements les plus importants de Continuité annoncée a été la possibilité d’accéder aux documents Mac de n’importe où, grâce à iCloud. Bien sûr, vous avez été en mesure de partager des documents entre les appareils d’Apple depuis un certain temps grâce à iCloud, mais le système de sauvegarde sur le cloud reçoit une grosse mise à jour.

Advertisement

Lorsque vous utiliserez Sierra, le système utilisera automatiquement iCloud pour enregistrer les documents que vous avez dans votre dossier Documents ou sur votre bureau. Je suis curieux de savoir comment iCloud gère exactement ces données lors de la synchronisation, mais le résultat final est que vous pouvez utiliser votre iPhone ou votre iPad pour accéder à tous les fichiers que vous utilisez sur votre Mac — même s’ils n’ont pas été enregistrés sur iCloud jusqu’ici.iCloud Drive - Votre bureau et votre dossier Documents. Accessibles depuis tous vos appareilsiCloud Drive – Votre bureau et votre dossier Documents. Accessibles depuis tous vos appareils Bien qu’Apple ait décrit cette technologie comme un bureau d’accès à distance », tout ce que vous pouvez faire est d’accéder à vos fichiers à distance, et non directement à votre périphérique.Universal Clipboard est une fonctionnalité très utile que de nombreux utilisateurs d’iOS ont probablement attendue depuis longtemps. Avec cet outil, les fonctionnalités de votre presse-papiers se font en partie sur le cloud. Copiez quelque chose sur un appareil, puis passer à un autre appareil et choisissez Coller », et le contenu va être copié comme si vous jamais changé de terminal du tout.

Advertisement

Presse-papiers universel Copiez d’un appareil à l’autre.Presse-papiers universel Copiez d’un appareil à l’autre. Bien sûr, Universal Clipboard arrive avec quelques limitations. Tout le contenu est optimisé pour les dispositifs mobiles, et le transfert entre les plates-formes peut rencontrer quelques problèmes de formatage. Cependant, pour un simple contenu — en particulier pour des choses telles que du texte ou des images — c’est un excellent outil pour les nomades, travaillant sur de multiples dispositifs, adoptant des méthodes de collaboration, etc. Évidemment, on peut supposer que vous aurez besoin d’une connexion Wi-Fi décente pour que cela fonctionne, car vous allez dépendre d’iCloud pour enregistrer et transférer du contenu.

Share This Story